9 conseils pour organiser notre temps familial et bien vivre ensemble “confinés”

organisation-confinement

Aujourd’hui, je vous propose un article pour mieux s’organiser pendant le confinement en famille écrit par Sandrine Mallet Lecharny Thérapeute conjugal et familial. Formatrice en communication bienveillante (communication dite non violente – Approche du Dr T.Gordon)

Je suis ravie de pouvoir donnée la parole à une spécialiste pour nous aider à mieux vivre cette période. N’hésitez pas à visiter son site Sandrine Mallet Lecharny pour avoir plus d’informations sur la méthode Gordon par exemple.

confinement-travail-enfants

Quelle situation vivons-nous ?

Nous voici à 4 semaines de confinement. Nous avons en tant que parent, couple, essayé de mettre le plus de choses en œuvre pour passer cette étape le plus sereinement possible. Et voilà que nous devons encore tenir encore la même durée en restant confinés.

Alors pour celles et ceux qui finissent par manquer d’idées, qui commencent sérieusement à saturer, je vous propose quelques nouvelles pistes pour améliorer votre quotidien. 

Il est vrai que nous vivons une période inédite, à la fois tragique et magique. Nous sommes à la fois isolés et reliés, avec une mission de protection : de soi, des autres, et de l’équilibre de notre foyer… A nous d’inaugurer et d’innover !

Les premiers jours du confinement, un plongeon vers l’inconnu

Les premiers jours du confinement ont été vécus pour beaucoup (si tant est qu’il n’y ait eu aucune maladie liée au coronavirus), dans l’euphorie avec beaucoup d’échanges via Facebook, les SMS, whatsapp, de blagues et de vidéos humoristiques de la situation. Beaucoup d’entre nous également se sont sentis désorganisés, « déboussolés », perdus, anxieux. Nos enfants (que ce soient des jeunes enfants ou des adolescents) quant à eux ont trouvé la situation excitante, car plus d’école, les parents ont mis la casquette d’instituteur ou de professeur (avec plus ou moins de facilité d’ailleurs ;-p). Heureux d’avoir leurs parents à la maison tout le temps. QUELLE CHANCE !!!! Nous, parents qui n’avons jamais suffisamment de temps pour eux.

Il est bien évident que l’environnement dans lequel nous nous retrouvons confinés contribue beaucoup à la manière de vivre cette « enfermement ». Si nous sommes en appartement ou en maison, avec ou sans enfant, seule ou en couple…. la situation n’est pas du tout la même.

Aujourd’hui, on sait que la fin du confinement est au moins dans un mois.

Pour que cette période soit vécue par tous (enfants et parents, couples, personnes seules) du mieux possible, il devient nécessaire pour tenir ENCORE un mois, d’établir un fonctionnement familial stable, satisfaisant pour tous, et durable : trouver son rythme de croisière en quelque sorte !

Voici donc quelques idées :

Associer les enfants à l’élaboration d’un emploi du temps hebdomadaire

En les invitant à participer à la planification des journées ou semaines. Cet emploi du temps pourra ensuite être affiché, pour que chacun puisse s’y référer, ce qui est sécurisant pour les enfants. Cela leur fournit le cadre dont ils ont besoin pour se développer. Un atelier manuel de création ou de décoration de l’emploi du temps peut même être bienvenu à cette occasion ! Pour les plus jeunes, cela peut être fait sous forme de frise avec des images représentant les actions. Les enfants ADORENT !!! Impliquer toutes les personnes du foyer et donner de l’importance à la parole et à la place de chaque acteur quelque soit leur âge, permet de valoriser leurs capacités et les responsabiliser.

Inscrire sur cet emploi du temps les horaires habituels

ou les plus proches possible de la vie ordinaire : lever comme d’habitude, habillage et petit déjeuner, puis à 9h, c’est l’école à la maison pour ceux qui ont des enfants. Pour les adultes qui télétravaillent ou pas d’ailleurs, gardez un rythme proche de celui que vous avez en temps normal. Il est très important et rassurant encore une fois d’avoir des journées occupées et rythmées. Sinon, cela peut engendrer à moyen terme de l’ennui, de la déprime, un sentiment d’inutilité. Gardez des heures de coucher correctes pour ne pas être trop décalés. 

Programmer des activités physiques, des temps de récréation ou de pause professionnelle.

Dans l’idéal une pause le matin et une l’après-midi et de défoulement collectif pour évacuer les tensions. Quelque soit l’âge, nous avons besoin de bouger, surtout après 45 min de position assise, 15 min de mouvements et de déplacements sont salutaires…

Avec le contexte très particulier et déstabilisant, pensons à danser ensemble, à chanter, à lancer des concours de grimaces et de rigolades, faire des batailles de coussins, des parties de cache-cache, des jeux de société, etc. Finir par exemple les journées par des moments de yoga en famille, de méditation, de respiration. Vous trouverez pleins de vidéos sur YouTube pour vous y aider. Les enfants adorent ce moment partagé !! 

Préférer les activités intellectuelles le matin, et plus manuelles ou expressives l’après-midi

Comme par exemple des ateliers cuisine, modelage, dessin, chants, musique, sports, etc. Pour les enfants, cela correspond davantage aux rythmes des enfants. Pour les membres de la famille, ces moments  peuvent être très bénéfiques à plusieurs niveaux (notamment celui de décrocher des écrans). Retrouvez sur le blog des ressources en ligne pour parents confinés.

Noter sur le planning familial vos activités de télétravail, ou de “non disponibilité parentale“.

Vous avez le droit, en tant que parent, de faire respecter vos besoins de temps personnel. C’est justement ces temps que vous vous accorderez sans culpabiliser, qui vous permettront de tenir sur la longueur. Instaurer des espace-temps où personne ne doit venir vous déranger, et les sanctuariser : ces moments doivent être connus, annoncés pour être respectés (y compris par vous : ne pas déborder de l’heure prévue pour le traitement de vos mails, afin de montrer l’exemple de votre gestion du temps !)

Planifier des temps de jeu partagés, et des temps de jeux libres,

où les enfants jouent seuls et tranquilles dans leur propre espace. Les temps de jeux en famille, notamment les jeux de société, sont des occasions précieuses pour apprendre le respect des consignes et des règles, apprendre à attendre son tour, à gérer ses émotions. Ce qui est également valable pour les adultes ;-p 

Prévoir les temps d’écran, et aussi de dialogue à propos des écrans

Surtout si les jeux sur tablette, jeux vidéo, séries, dessins animés sont une tentation à laquelle vous et vos enfants sont amenés à céder facilement. En l’inscrivant sur le planning, ça devient une activité comme une autre, qui n’est pas nuisible si elle est adaptée à l’âge, contrôlée, quantifiée. Intéressez-vous à ce qui passionne vos enfants (même si ce n’est pas passionnant pour vous. C’est ce que vit votre enfant qui vous intéresse). Interrogez-le à propos de son jeu et de ses activités sur écran, demandez-lui ce qu’il a fait, ressenti, découvert…Qu’est ce qu’il a réussi ? Qu’est ce qu’il avait comme but ? Pourquoi ce jeu est-il fun ? A t-il besoin d’aide ? Parler de ses expériences pour devenir conscient, discuter de ce qu’il a vécu, l’aider à “digérer” les émotions, à reformuler les problèmes rencontrés. Cette étape est très importante pour renforcer les liens, le sentiment d’être compris et accepté par son parent. L’impression d’être écouté.

Et vous ?

Prenez soin de vous

Cher parent, prenez soin de votre état d’esprit, de votre humeur, de votre équilibre émotionnel, car l’agent d’ambiance, c’est vous…!!! 🙂 Alors : chantez, bougez, respirez ! En cas de montée émotionnelle, respirez plusieurs fois amplement au lieu de réagir. C’est le moment de soigner notre communication pour que les relations restent respectueuses. Si vous vivez une situation désagréable pour vous, du fait d’un comportement ou d’une parole de votre entourage, exprimez votre ressenti calmement (en gros sans crier), en parlant de vous et de votre ressenti (c’est à dire sans reproche, ni message TU).

emotions-confinement

Cas pratique en situation de confinement

Exemple : votre enfant vient vous solliciter alors que vous êtes en teletravail. Vous n’arrivez plus à vous concentrer et vous sentez la colère monter. Au lieu de crier, vous pouvez lui dire de suite ceci : « Thomas, je suis en train de travailler. Quand tu viens me déranger, cela m’énerve parce que cela m’empêche de me concentrer et de travailler correctement. J’ai besoin que tu joues tranquillement dans ton coin et ensuite je pourrai passer du temps avec toi ». Vous verrez que sans crise aucune, votre enfant vous laissera tranquille.

Accueillez vos émotions

* En cette période particulière, en ce qui vous concerne, il est normal de ressentir des émotions très fluctuantes. Nous passons tous par des moments de joie, puis de tristesse, d’ennui, de peur voire d’angoisse, de démotivation, d’énervement, de colère… La liste peut être très très longue !!!! Je vous invite à ne pas résister ou nier ces émotions. Elles sont légitimes. Accueillez-les et essayez de mettre en lien ce que vous ressentez avec un de vos besoins qui ne serait pas comblé (besoin de liberté, besoin d’isolement, besoin de sécurité, besoin de lien social…)

Enfin, vivez cette situation telle qu’elle est. Nous ne pouvons rien contrôler. La seule chose que nous pouvons décider est bien sûr de rester chez soi, mais aussi de faire de cette période un souvenir inoubliable pour toute la famille.

Je remercie Sandrine pour ce bel article plein de bons conseils qui trouveront une résonance je l’espère dans votre quotidien.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire